NOTE D’INTENTION RDC

Règlement de comptes…

C’est la rencontre d’extraits de vieux westerns américains et d’un conteur sur le plateau. Le passé qui persiste et obsède, et l’envie d’être à la hauteur de cet héritage. Un télescopage de vies, jusqu’à la collision…

A travers un dispositif de projection/diffusion d’images dans  son espace de jeu, le conteur, en chair et en os, entre en dialogue avec la fiction de l’image. Il se retrouve  ainsi délicieusement piégé, à raconter au public, tout en essayant d’entrer en interaction avec un film. Achille Grimaud est tour à tour narrateur, acteur et doubleur.

Après Le Rire du roi, cette création au format court est à nouveau l’occasion pour la BàG de faire se rencontrer le cinéma et le spectacle vivant.

Transmission et rupture

Steve Kermabon est un jeune homme qui se cherche dans un modèle masculin on ne peut plus stéréotypé. Il pense le devoir à ses aïeux idéalisés en héros du Far-West. Tout lui renvoie cette obligation d’être fort, courageux, viril… et Steve s’y efforce.

Entre injonction familiale et sens du devoir, il se rêve donc en cow-boy, shérif, aventurier, comme son grand-père, ses oncles. Et son père… ? Une ombre plane…

C’est la parole des femmes qui l’attirera vers la lumière. Une parole qui raconte un monde qui ne peut plus être un eldorado pour Steve.

Une parole qui dit la vérité des femmes par delà l’idéalisation des hommes. Asservies au foyer, maintenue dans l’ombre, ces femmes lui ouvrent les yeux sur le mensonge d’un monde qui est une chasse gardée des hommes.

Entre cinéma et conte, Règlement de comptes invite à reconsidérer, voire dépasser certains héritages pour mieux se trouver. Pour Steve, il s’agit de se révéler, de laisser tomber une panoplie d’emprunt, et de devenir un homme autrement.

Travailler avec Pierre TUAL

Pour Pierre Tual, la marionnette n’est pas un objet, c’est un être vivant.

Il donne toute son énergie sur scène pour que la marionnette  et l’acteur soient dans le même monde, éclatant ainsi les barrières de la convention  et plongeant le spectateur dans une étrange réalité où homme et marionnette ne font plus qu’un.

Travailler avec Pierre a été l’opportunité d’amener l’acteur plateau (réel) et l’acteur cinéma sur écran (irréel) à  se côtoyer, à jouer  pour entrer dans un même univers.